Type your search keyword, and press enter

Allain, c’est breton ?

En tous les cas, on retrouve ce patronyme depuis le XVIème siècle en Bretagne parmi mes ascendants (cf. Généalogie – pour les codes demandez-les via le formulaire de contact en justifiant votre demande, un indice se cache sur cet article). Notre famille est établie avec ce nom depuis au moins cette période dans le Trégor et en particulier du côté de Perros-Guirrec, Trégastel et Trébeurden. L’ancien patronyme porté par la branche jusqu’à la fin du XVIème pourrait être Goazmat – ou pas.

Alain, plus couramment écrit Allain, est-il pour sa part un nom breton ? Non si l’on en croit M.T. Morlet (Dictionnaire étymologique des noms de famille), pour qui il s’agit du nom germanique Alanus, évoquant le peuple des Alains, venus de Scythie. Oui selon la plupart des auteurs bretons, qui le rapprochent du gallois alan (= cerf, également elain = biche) ou du gaélique ail (= rocher, diminutif ailin). En tout cas le premier saint connu ayant porté ce nom a bien vécu en Bretagne : il fut évêque de Quimper au VIe siècle.

Pour ma part, la question ne se pose pas : c’est bien breton, puisque le nom se portait déjà en Basse-Bretagne (Breiz Izel) du temps où le Duché de Bretagne était indépendant. Sûrement orthographié en breton sous la forme d’Allan avant que le Roy de France n’y impose son administration et ainsi sûrement l’État Civil sous la forme d’un prénom et d’un nom (et quelque-fois le surnom à la place du nom selon le curé). Et puis quand on analyse la carte géopatronimique du nom, on arrête de se poser la question…

Sinon pour l’anecdote capillotractée (pas plus que la théorie de Mme Morlet), Allain of Kent a ses armoiries dans le Kent, à l’embouchure de la Tamise en Bretagne insulaire. Alors, ben oui, c’est breton, hein.

Allain pik bzh !

Ça y est ! Après moultes péripéties (n’est-ce pas Thierry ?), allain.bzh est enfin entrée dans le giron familial. Péripéties de l’administration française qui nous ont permis de découvrir la charmante commune d’Allain en Meurthe-et-Moselle qui nous a autorisé à utiliser notre .bzh bien à nous, les Bretons.

Il y a quelques année, désespéré par le choix des noms de domaines déjà pris en allain.truc, je m’étais reporté sur un des seuls noms de domaine encore disponible : allain.name. Alors quand on nous demande notre adresse électronique, on nous fait répéter « point quoi ? .nem ? » ou alors on nous croyait pas, voire carrément on était refusé sur certains formulaires de notre merveilleuse administration française, nous repliant, les larmes aux yeux, vers notre adresse gogole…

Le .bzh (prononcez pik bzh pour faire couleur locale) sera-t-il reconnu par les formulaires officiels ? Nous le saurons bientôt !

D’ici là, je vais essayer de réveiller ce blog, parce-que bon, il est bien endormi…